Allègre
Calza
Dupuis
les gens d’ici...
Germaine Dépré, ép. Blanc-Lapierre
Germaine   Blanc-Lapierre   est   une   Dépré,   vieille   famille   de   la   Cluze-et- Pâquier,      comme   s'appelait   jadis   le   village.   Née   le   27   novembre   1921 dans   cette   maison   alors   baptisée   Café   Français,   où   jeune   fille   elle   fut serveuse    avec    sa    sœur    jumelle    Irène,    elle    est    très    probablement aujourd'hui la doyenne de Saint Martin de la Cluze. C'est    son    arrière-grand-père    Jules    Depré    qui    a    bâti    la    maison,    belle ferme   de   quatre   niveaux,   cinq   chambres   à   l'étage,   rez-de-chaussée   et deux   sous-sols.   Jules   ouvre   le   café-hôtel-restaurant   en   1900 ,   tout   en continuant à gérer la ferme. Je   servais   au   café   de   mes   parents.   Les   messieurs   me   faisaient   la   cour,   ils rigolaient,    c'était    le    bon    temps.    J'aimais    bien    parler,    j'aimais    bien plaisanter,   alors   ils   demandaient   toujours   la   Germaine.      Ma   sœur   était plus   réservée,   elle   préférait   travailler   à   la   ferme,   parce   qu'en   fait   on   avait deux   activités,   le   café   et   la   ferme.   Mon   papa   avait   une   vigne   à   Mageline, juste   au-dessus   du   Drac,   qui   donnait   bien,   et   il   servait   au   café   le   vin   de   sa vigne. Papa,   c'était   Albert   Dépré.   Ils   étaient   quatre   garçons,   lui,   Léonce,   Marcel et   Camille.   Léonce   a   été   parmi les    20    millions    de    gens    tués par     la     grippe     espagnole     juste après la guerre de 14-18. J'ai    rencontré    mon    homme    au    café,    c'était    un    client,    il s'appelait   Gabriel.   Il   m'a   parlé,   il   était   pas   mal,   il   avait   35   ans. Et   il   est   revenu   un   autre   dimanche.   Il   venait   toujours   en moto. Et voilà… Ils   se   marient   en   1957,   comme   il   est   employé   communal   à Grenoble,   elle   se   retrouve   en   ville,   mais   garde   les   activités traditionnelles   de   Saint   Martin,   en   confectionnant   à   domicile des   fourchettes   de   gants   pour   une   grande   maison   gantière.   En   1960   naît   un   garçon,   Gilbert,   qui   habite aujourd'hui à Saint Paul de Varces. Mais   avec   la   fin   des   années   60,   la   contestation,   les   jeans,   la   mini-jupe,   la   mode   change   radicalement,   et l a   ganterie   s'éteint   presque   intégralement .   Germaine   s'engage   alors   dans   une   association   d’aide   à   la personne à Grenoble, où elle fait des ménages. Son   homme   décède   en   1977,   sans   avoir   eu   le   temps   de   profiter   de   sa   retraite.   En   1986   elle   remonte   à Saint Martin s'installer dans la maison qui fut autrefois le Café Français. Dans   cette   maison   claire   et   agréable,   impeccablement   tenue,   elle   est   heureuse   de   vivre,   toujours souriante   malgré   un   certain   handicap   auditif.   Une   belle   complicité   la   lie   à   sa   nièce   Gisèle   Fanjat. Téléalarme     au     poignet,     le     regard     droit, assertif,   plein   d'étincelles   d'humour   dans son    visage    bien    dessiné,    elle    est    en pleine   forme,   a   toute   sa   tête,   des   mains fines     et     précises,     et     produit     (comme autrefois   les   fourchettes   des   gants)   des chaussettes     en     abondance     pour     ses proches. 12 mars 2013